Bohème

C’était une fille du vent
Je la rêve bien souvent
Nous étions deux amants

Même si le temps a passé
Son souvenir est resté
Au fond de moi, bien ancré

Elle s’habillait de pluie et de vent
Le regard porté vers le firmament
Son rire était celui d’une enfant

Elle courait nu-pieds dans la rosée
Libre dans sa tête, elle était ma fée
Ma muse, ma folie, ma chère liberté

Nous avons tous eu la même
Compagne des matins blêmes
Elle avait pour nom, Bohème

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

Image issue du web

Photo d’auteur
Date de publication:
Auteur: Dany
Les entendre ou les dire, les lire ou les écrire, on peut tout faire, même les taire ... Les mots !

Derniers articles

petit clown
S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Fille du vent et du soleil, nos années d’insouciance. Beaucoup de fraîcheur dans vos mots.. Si on chantait….

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées
Mon paletot aussi devenait idéal
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal
Oh ! là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées!

Un peu de Rimbaud dans vos mots , l’errance d’un poète et de sa chère liberté ….
Merci Dany ..

3
0
Vous pouvez éventuellement me laisser un petit commentaire sur cet article, merci à Vous !x