Bas résilles

C’était une très belle fille
On la surnommait bas résilles
Perchée sur des talons aiguilles
Elle officiait parfois en ville

C’était une jolie petite brune
D’une beauté peu commune
Loin de ses dunes
Perdues sous la lune

En quête du prince charmant
Elle eut de nombreux amants
Des rêves d’amour et d’enfants
Balayés par le temps et le vent

Un magnifique regard noir
Sur un petit bout de trottoir
Avec pour seul miroir
Un terrible désespoir
 

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés
 

prostitution-filles-nuit

Photo d’auteur
Date de publication:
Auteur: Dany
Les entendre ou les dire, les lire ou les écrire, on peut tout faire, même les taire ... Les mots !

Derniers articles

petit clown
S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pour seul miroir, un terrible désespoir.. Vos mots sont tristes et si forts..

De la tristesse, pauvres filles de la misère humaine.

L’esclavage moderne, l’une des formes d’expression les plus insupportables de la condition masculine. Vos mots touchent ma sensibilité. Merci poète..

Des mots qui prennent aux tripes, une photo magnifique..

superbe histoire triste sur la condition humaine quand les planètes ne s alignent pas

C’est d’une tristesse inouïe de voir ses rêves échouer.
Je reste sans mots devant une telle déception..
Ce poème est magnifiquement écrit il nous touche au plus profond de nous même

En parcourant votre texte , je me surprends à fredonner “L’accordéoniste” de notre regrettée Edith Piaf , la misère et le désespoir de ces filles , un peu d’amour pour quelques billets . Merci cher Dany .

La fille de joie est seule
Au coin d’ la rue là-bas,
Les filles lui font la gueule,
Les hommes n’en veulent pas !

J’ai écrit sur ce sujet je partagerai bientôt sur mon blog.
Bonne journée à toi

La dure réalité de ces femmes méprisées par la société… et pourtant !
Un très beau poème Dany

22 Juillet 2017 . Trois lignes dans un journal .
Une prostituée tuée un samedi soir sur un trottoir, elle s’appelait Sylvie ..
Sans doute , avec pour seul miroir un terrible désespoir ..

17
0
Vous pouvez éventuellement me laisser un petit commentaire sur cet article, merci à Vous !x