Le mercenaire

Elle gisait là, sans vieAlors, j’ai comprisMoi, le chien de guerreL’homme au cœur de pierreJ’ai pleuré comme un enfant.Elle n’avait que dix ansSes yeux reflétaient la haineEt toute la détresse humaineAlors, j’ai séché mes larmesRepris mon armeEt vendu mon âme. (Djibouti, 1977) Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – …