Indifférence

Dans un parc, en hiver,
Sur son banc de misère,
Un vagabond se meurt
Seul, son chien le pleure.

Et la foule passe
Avec indifférence.

La neige, de son manteau moelleux,
Enveloppe le malheureux.
Sur son ultime sommeil
Seul, son chien le veille.

Et la foule passe
Avec indifférence.

Alors, l’animal plein de haine
Envers l’espèce humaine
S’abandonne sans remords
Fidèle, même dans la mort.

Et la foule passe
Avec indifférence.

Copyright © 2001 [carnet à spirales] Dany – Tous droits réservés

ignorance-solitude-detresse
Lucky, berger picard

 

S’abonner
Notification pour

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

27 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Oui…de ma campagne où je ne vois pas la vie dans sa globalité …
De mon confort dérangé par cette réalité injuste…
Je ne suis pas fier de moi…
J’ai bien quelques idées…
Elles ne servent pas à grand chose…

En ces temps si difficiles, avec le froid bien installé, combien seront-ils à mourir dans la rue..Dans cette société, en pleine galère..Une pensée pour tous les bénévoles, qui œuvrent dans l’ombre. Merci pour ces malheureux.

Poète au grand cœur, généreux. Merci neigeux et froid. Vos mots pleurent chez moi.

La rue est un lieu de passage. Il n’est pas prévu qu’une personne habite dans la rue. Un écrit qui me bouleverse , qui donne à réfléchir et qui me glace le sang . Merci pour eux .

Ils se cherchent un abri de fortune, sur des cartons dans l’entrée d’un immeuble. Un duvet roulé en boule, pour affronter des températures très basses. Trop d’injustice face à toutes ces situations, que nous voyons tous les jours..

C’est terrible cet écrit de 2009..Depuis tout ce temps, rien n’a changé, et la foule passe toujours avec indifférence..

Infinie tristesse décrite avec beaucoup de dignité.

Très joli et trop triste. On est tous responsables

La foule c’est nous. Triste poésie, qui porte bien son titre. De la réflexion à la lecture de vos mots..

Triste de voir trop de personnes qui dorment dans la rue .
Vivre dans l’indifférence , c’est vivre dans le seul enfer que je connaisse . Katherine Mansfied .